Passage censuré

Passage censuré

Bernard Grinbaum adresse une lettre à sa famille le 30 avril 1942. Au moment où il écrit, ce résistant de 20 ans sait qu’il va être fusillé par les Allemands dans deux heures, en représailles d’attentats.

« Je regarde l’avenir si plein de promesse pour la jeunesse car je pense, (passage censuré). »

Il y a ce passage censuré et puis cette lettre. Ces mots concis pour sa famille qui résonnent sur mon chemin.

« N’avoir qu’une seule pensée, vivre. » Ces mots, pour ne plus me censurer. Ces mots, pour guider mes pas.

Écriture, mise en scène et jeu Simon-Pierre Pellegrin

License number: n° 2 – 106 6400 / n°3 – 106 6401